190621 News GETrees

La modification génétique des arbres provoque une résistance mondiale. Image : Stop GE Trees

Depuis deux décennies, agriculteurs, forestiers, écologistes et agronomes résistent contre la culture des arbres génétiquement modifiés (GM). Rien qu'au cours des dernières années, environ un demi-million de personnes ont signé diverses pétitions appelant à une interdiction totale des arbres GM. Les Nations Unies mettent également en garde contre les dangers des arbres GM et le Forest Stewardship Council (FSC) exclut la certification des arbres GM. A la veille d'une conférence de l'Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO) sur la biotechnologie des arbres, des organisations du monde entier appellent maintenant à une résistance commune à la recherche et au développement des arbres GM.

Lors de la conférence de l'IUFRO fin juin, les chercheurs et les entreprises tentent de convaincre le public des avantages des arbres GM, faisant valoir qu'ils servent la santé des forêts et la protection du climat. L'une des pièces maîtresses est une version génétiquement modifiée de la châtaigne américaine. Un champignon introduit a presque complètement détruit les forêts de châtaigniers autrefois immenses de l'Amérique du Nord. Les forêts doivent être renouvelées par génie génétique. Cependant, comme la châtaigne d'Amérique peut vivre plus de deux siècles, il est impossible de prédire les effets à long terme des arbres génétiquement modifiés sur la biodiversité ou la santé humaine ou animale.

En 2015, plus de 200 organisations et experts brésiliens ont lutté contre une commercialisation à grande échelle d'eucalyptus transgéniques au Brésil. Dans une lettre ouverte adressée à la Commission brésilienne de biosécurité (CTNBio), ils ont souligné qu'il existait une grande incertitude quant aux impacts écologiques et socio-économiques potentiels des arbres GM. Ils ont évoqué les expériences avec les plantes alimentaires génétiquement modifiées, qui ont entraîné la dissémination inattendue de mauvaises herbes résistantes aux herbicides, l'apparition d'organismes nuisibles secondaires, une modification de la fertilité une allergénicité accrue des plantes GM et une augmentation du taux de croisements. La lettre mentionnait également que, compte tenu du cycle de vie long et souvent complexe des arbres et de leur interaction avec leur environnement, il est pratiquement impossible de prévoir les conséquences des arbres GM.

"Les arbres génétiquement modifiés entraînent une utilisation accrue des agrotoxines et une augmentation de la consommation d'eau. La modification génétique des arbres ne profite qu'aux plantations intensives et aux industries de la pâte à papier. Pour les communautés vivant dans et autour des plantations, les arbres GM signifient une intensification des effets négatifs déjà connus sur la terre, l'eau, la biodiversité, les moyens de subsistance et les cultures", explique Lizzie Díaz du Mouvement mondial pour les forêts tropicales en Uruguay, qui coordonne la campagne mondiale contre les arbres génétiquement modifiés en Amérique du Sud.